Journée Suisse de l'Education 2011

Le 2 septembre s’est déroulée à Berne la 1re Journée suisse de l’éducation. En initiant cet événement d’importance nationale, le SER et LCH ont fait le pari que l’expertise professionnelle peut nourrir le débat politique. A sept semaines des élections fédérales, il était bon que les acteurs politiques et les associations d’enseignants se parlent et favorisent les bonnes prises de décisions et l’indispensable climat de confiance qui doit régner entre la population et son institution scolaire.

Cette Journée nationale a vu se rencontrer quelque 170 personnes invitées: des élues et des élus du Conseil national et du Conseil des Etats, des conseillères et conseillers d’Etat cantonaux en charge de l’éducation, des responsables politiques au niveau des partis, des rectrices et recteurs de HEP, des responsables au niveau de la recherche et de l’éducation et, bien sûr, des représentants des associations d’enseignants de LCH et du SER.

Une première table ronde a réuni les représentants de chacun des partis nationaux (ces sept conseillères nationales et conseillers nationaux vous ont été présentés en page 25 du numéro 8 de l’Educateur et tout au long des pages du dossier). Il s’agissait de réagir aux sept thèses proposées par LCH et le SER. Des débats par groupes ont ensuite eu lieu, avec pour chaque groupe la présence d’une personne de la première table ronde. La deuxième table ronde était composée des présidentes des trois instances intercantonales qui forment l’espace suisse de l’éducation: Elisabeth Baume-Schneider pour la CIIP (Conférence romande), Regine Aeppli pour la D-EDK (Conférence alémanique) et Isabelle Chassot pour la CDIP (Conférence suisse), auxquelles se sont joints les présidents LCH et SER.

L’après-midi était consacré à la réunion des participants LCH et SER, pour tirer les enseignements de la matinée et décider de la poursuite et du renforcement d’une action commune